Nouveauté à découvrir

jeudi 24 avril 2014

Deux nuances de brocolis




Prix : 4,99 €
Nombres de pages : 120 (fichier pdf)
Editions  Artalys


Le chemin d’Amalia Faust, brave fille complexée et un peu nunuche, caissière chez Brico, croise par hasard celui d’Edouard Green, le séduisant patron d’une boîte de sex toys. Green propose bientôt à Amalia un étrange pacte. Elle découvre un univers insoupçonné où sexe, légumes et soumission sont étroitement associés. Mais à la longue, les positions inconciliables des deux héros risquent de rendre leur relation difficile.

Marie Laurent nous offre une parodie déjantée et savoureuse (c’est le cas de le dire), de Cinquante Nuances de Grey.


Alors, que dire de cette parodie de Cinquante nuances de Grey… Pour commencer que je ne verrais plus du même œil les hommes qui adorent le vert ;)
Ensuite, vous avez lu dans le résumé qu’il s’agissait d’une parodie déjantée, et bien je vous confirme que c’est totalement déjanté.

Une parodie, ça doit être une imitation d'un style dans une intention burlesque ou satirique, ici on peut franchement dire que l’intention burlesque est le fil conducteur de ce texte rempli d'humour. Mais, attention, pour que ça marche, le lecteur doit également être pourvu d'humour. Dans ce cas-ci, il est plus que nécessaire d'avoir de l'humour et d'apprécier le seconde, troisième, quatrième, voir trente-sixième degrés, car cette parodie décoiffe.


L'ensemble est super bien fait, l'auteur a pris l'histoire originale et la remaniée à sa sauce.  On prend un homme beau, riche, limite satyrique, vouant une admiration sans borne à la couleur verte, Edouard Green et une jeune fille plus qu'ordinaire, Amalia Faust, on remplace le fouet par des poireaux, les menottes par de la corde verte, on y ajoute du brocoli et beaucoup, beaucoup d'humour et on obtient Deux nuances de brocolis.

Personnellement, j'ai un peu de mal avec le concept « sexe légumier » et j'avoue que l'image me dérange un peu mais je ne peux que reconnaître la qualité du travail accompli.  Travail qui permet d'éloigner l'image dérangeante sans toute fois la faire disparaître puisqu'Amélia, elle-même, n'adhère pas à cette image.

J'ai découvert Marie Laurent avec « Dans la peau de Marie Stuart » que j'avais beaucoup aimé.  Ici, elle nous entraîne dans un style totalement différent mais tout aussi agréable.  L'écriture est toujours aussi agréable, l'auteur fait preuve ici de beaucoup d'humour, employant un langage très familier, très cash et parfois surprenant tout en restant très simple. Ici rien de pompeux, ni de prétentieux, mais plutôt quelque chose de commun, compréhensible par tous et bien agréable à lire.

Cette lecture ne plaira pas à tout le monde et ne conviendra pas au plus jeune, mais si vous aimez le burlesque, allez-y..




7 commentaires:

  1. Original... Je ne sais pas si j'aimerais par contre...

    RépondreSupprimer
  2. J'ai bien aimé aussi , c'est burlesque .

    RépondreSupprimer
  3. ça peut etre sympa je pense, ça doit etre rigolo de lire une parodie telle que celle ci.

    RépondreSupprimer
  4. Le titre seulement ne m'aurait pas du tout fait penser à ce contenu. Bises

    RépondreSupprimer
  5. J'adore le titre aussi, ça a le mérite d'annoncer la couleur.
    Pardon, je sors...

    RépondreSupprimer