Nouveauté à découvrir

lundi 12 septembre 2016

Les fleurs de Sigiriya





Titre : Les fleurs de Sigiriya
Auteur : Jean-Charles Beaujean
Editions Persée
Nombre de pages : 400
Prix numérique : 23,90 €


  

Une société démembrée aux odeurs de soufre et d’apocalypse. Plein aux as de naissance, Baron enjambe la misère du monde avec la légèreté d’un loup qui observe, qui attend des jours meilleurs. Un jour, sa banque lui apprend qu’il est ruiné ou presque.
C’est alors la révélation, il se sent pour la première fois de sa vie comme les autres, prêt à rebondir, à repartir à zéro sans se poser de question, à relever de nouveaux défis où amour et poésie ne peuvent que triompher.
De déconvenues en désillusions, ce sera pour Baron la galère des feux de paille. Sur un quai de gare, il rencontre Évelyne. A-t-il enfin trouvé la fleur de sa vie ? Quelque part à l’autre bout de la ville, un sniper se fait oublier depuis plusieurs mois déjà…




Un roman à découvrir


Dans quel cadre ai-je lu ce livre ?

Je remercie Florine Meozzi des Editions Persée de m’avoir proposé de découvrir ce roman.

Qu’ai-je pensé de la couverture ?

La couverture est intrigante et pose question. Qu ‘allons-nous découvrir ? Une histoire de fleurs ? D’un pays au nom imprononçable ? De peinture ?
Et bien, pour y répondre, plongeons nous dans la lecture de ce roman.

Mon avis général sur l’histoire

Voici la raison pour laquelle j’adore faire partir des bloggeur, découvrir des romans tel que celui-ci, des romans sur lesquels je ne me serais surement pas arrêté au premier abord et qui me font réellement voyager.
Mon but avec mon blog ? Vous donnez envie de sauter le pas et de découvrir les merveilleux romans que j’ai aimé, tel que celui-ci.

Ce roman se lit comme on flâne le long de l’eau par un dimanche tranquille.
J’ai toujours un sentiment particulier lorsque je lis une histoire dont l’intrigue se passe dans ma ville. Evidemment, puisqu’il m’est très facile de m’identifier et de repérer les lieux.
Avec ce roman, l’auteur entraine son personnage principal dans les rues de la Cité Ardente (Liège), dans des quartiers et des rues que je fréquente chaque jour.

Tout au long de l’histoire, nous contemplons la vie de Baron, ses amours, ses déboires, ses réussites,…
J’ai vraiment eu l’impression de e promener dans la vie de cet homme à qui la vie ne fait pas de cadeau, où plutôt à qui elle a fait le plus beau des cadeau et il l’a laissé filer, mais qui reste relativement zen malgré les épreuves qu’il traverse.

L’auteur, n’hésite pas à nous donner une intrigue et puis nous laisser dans l’expectative pendant un long moment, comme s’il n’y pensait plus, c’est assez perturbant mais en même temps excitant.
D’autant plus que plusieurs intrigues se mêlent au roman.

Les personnages

Baron est un homme que l’on peut qualifier de « relax », il mène sa vie comme il entend. Il aime les gens et aime passer du temps avec eux. C’est un musicien hors pair, exceptionnel. Il aime les femmes, un peu trop peut-être. Ses mœurs sont plutôt limite, il passe du temps avec une femme et va retrouver une autre par la suite sans sourciller. C’est un homme au grand cœur qui malheureusement se le fait briser plus d’une fois par les aléas de la vie.

Avis sur le style de l’auteur

Je découvre avec ce roman la plume de Jean-Charles Beaujean qui st pourtant un auteur belge et si vous suivez mon blog, vous savez que je suis friande d’auteur de chez moi.
J’ai beaucoup aimé le flegme de Jean-Charles Beaujean, un flegme qui porte ses personnages et qu’il transmet à ses lecteurs. Un flegme qui vous laisse pensé que vous voguez le long de la Meuse en appréciant ses mots.
L’auteur utilise un recette bien à lui en ce qui concerne les intrigues qu’il distille tout au long du roman ainsi que pour les sentiments de ses personnages mais aussi pour nous amenez ces sentiments.

J’ai lu ce roman en Suisse et je trouve que c’était un endroit idéal car les mots mis en musique par l’auteur correspondent parfaitement au calme et au silence de la montagne, tout comme ils nous offrent un grand bol d’air.




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire