mercredi 18 septembre 2013

La septième vague



Renseignements.

Prix : 6,27 € chez Amazon
Editeur : J’ai lu
Nombre de page : 288

Résumé.

Leo Leike était à Boston en exil, le voici qui revient. Il y fuyait la romance épistolaire qui l'unissait en esprit à Emmi. Elle reposait sur trois principes : pas de rencontres, pas desexe, pas d'avenir. Faut-il mettre un terme à une histoire d'amour où l'on ne connaît pas le visage de l'autre ? Où l'on rêve de tous les possibles ? Où les caresses sont interdites ? «Pourquoi veux-tu me rencontrer ?» demande Leo, inquiet. «Parce que je veux que tu en finisses avec l'idée que je veux en finir», répond Emmi, séductrice. Alors, dans ce roman virtuose qui joue avec les codes de l'amour courtois et les pièges de la communication moderne, la farandole continue, le charme agit, jusqu’au dernier mail…


Mon avis.

Aussitôt en ma possession, aussitôt lu.
Revoilà donc nos deux amoureux virtuels de retour. Ou plutôt, voilà Léo de retour, Emmi n’ayant pas cessé de lui écrire depuis son départ, entretenant même une certaine complicité humoristique avec le « Monsieur du webdisigner ».
Et ces quelques nouveaux échanges de mails va à nouveau bouleverser la vie de ces deux personnes.

Cette fois, on sort un peu du cadre virtuels pour entrer dans la vie réelle, dans du concret mais tout réel se déroule en « coulisse », nous simple lecteur n’assisteront à aucune des rencontres. Et ce n’est pas plus mal, le ressentit et les émotions qui ressortent de ces rencontres est parfaitement palpable à travers leurs mails.

Même si l’humour est toujours bien présent dans ces échanges, on sent aussi plus d’amertume, plus de regrets sur les occasions manquées, plus de colère et plus d’amour.  Léo et Emmi se cherchent.  Ils sont perdus dans l’océan de leurs sentiments, ce qui rend ce livre plus vivant, plus réel. Il n’est plus question ici d’idéal virtuel puisqu’ils se sont rencontré, ils se connaissent désormais, tout n’en est que plus vrai.

Ce livre étant la continuité de Quand souffle le vent du nord l’écriture est identique et toujours aussi agréable.  L’auteur parvient à maintenir une certaine tension autour des personnages et de l’histoire, ne laissant au lecteur aucune chance de s’échapper sans connaitre le mail de la fin.
Ce livre ne se lit pas, il se dévore sans retenue. .



3 commentaires:

  1. Oh je l'ai lu récemment aussi et je me suis régalée, bon sang qu'ils sont addictifs ces deux-là!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vraiment ça, additif. Une fois ouvert on ne peut plus les refermer avant la fin

      Supprimer